Jade from Paris: A voir : We need to talk about Kevin

mardi 28 avril 2015

A voir : We need to talk about Kevin

Mieux vaut tard que jamais : j'ai enfin pris le temps de regarder le film We need to talk about Kevin de Lynne Ramsay, sorti et primé trois fois en 2011. Je savais que le sujet était dur, les critiques l'ayant mentionné à l'époque de son arrivée dans les salles, mais j'aimais justement le fait que le film dérange. Sans compter la présence de Tilda Swinton au casting (très chouette aussi dans Only lovers left alive) !

we need to talk about kevin
Copyright photo : Diaphana

Eva est heureuse : elle a un mari aimant (John C. Reilly), un travail de baroudeuse qui lui plait. Mais quand elle tombe enceinte de son fils, Kevin, elle sent dès les premiers mois que quelque chose ne va pas. Pas d'instinct maternel peut-être, mais surtout un gros malaise quant à cet enfant à venir. Et la venue au monde du bébé n'arrange rien, l'enfant montrant dès ses premières années des signes de sociopathie. Eva, elle, est complètement impuissante face à son fils et les choses empirent au fil du temps... jusqu'au drame.

we need to talk about kevin
Copyright photo : Diaphana

On pourrait s'attendre à un énième fou à la Dexter ou American Psycho mais l'intrigue est bien plus originale : elle suit le quotidien d'une mère face à son sociopathe et manipulateur de fils. Adapté du roman de Lionel Shriver, le film est truffé de flashbacks, aussi bien sonores que visuels, nous dévoilant peu à peu ce qu'a été sa vie et ce qu'elle est actuellement. C'est aussi une réflexion sur la maternité, sur l'amour mais aussi la haine filiale. Certaines scènes m'ont bien secouée, notamment grâce au somptueux jeu d'acteur d'Ezra Miller, mais je pense que j'aurais totalement balisé si j'étais maman ou sur le point de l'être ! Pour celles qui se posent plein de questions, le film n'est pas très rassurant, ahem. 

we need to talk about kevin
Copyright photo : Diaphana

Mais c'est aussi une intéressante réflexion sociale sur la représentation des mères et du rôle qu'elles ont dans l'éducation de leurs enfants. Voulues calmes, attentionnées, dévouées par la société patriarcale, elles sont accusées par le commun des mortels de la pire des trahison dès lors que leur progéniture dérape, aussi bien pour des faits mineurs que pour des crimes comme c'est le cas ici. Et que dire des mères qui avouent ne plus supporter leurs enfants, monstres sans coeur face à la chair de leur chair... We need to talk about Kevin est en ce sens un film féministe, bien plus qu'un simple fait divers sanglant. On étouffe, on bout avec le personnage d'Eva mais sans jamais tomber dans le larmoyant pour autant : la bande-son est étonnement légère et contraste avec l'horreur et la tension, comme pour montrer que ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort (merci à Kelly Clarkson pour cette chute !).
Bref, à voir et à rattraper si ce n'est pas encore fait ! Et la petite bande-annonce :




Un autre article qui pourrait vous intéresser : Le jour où j'ai rencontré Ryan Gosling

Et vous, avez-vous vu We need to talk about Kevin ? Qu'en avez-vous pensé ?
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...