Jade from Paris: Tom à la Ferme de Xavier Dolan : homophobie et champs de maïs

mardi 18 février 2014

Tom à la Ferme de Xavier Dolan : homophobie et champs de maïs

Je connaissais Xavier Dolan pour son film Laurence Anyways (avec Melvil Poupaud) et le clip de College Boy qu'il a réalisé pour Indochine, un de mes groupes préférés. On m'a aussi conseillé ses Amours Imaginaires, et ses nominations automatiques au Festival de Cannes montrent que son talent n'est plus à prouver. Le mec aura bientôt 25 ans, je crois que je l'admire un peu.

Copyright photo : Clara Palardy


Cette année, il revient avec un 4e film assez différent de ses précédents travaux, même s'il parle lui aussi d'amour et d'homosexualité. Très attendu, il a carrément décroché le Prix Fipresci à la Mostra de Venise. Tom à la ferme est un thriller tourné en quelques mois seulement dans la campagne québécoise, adapté de la pièce de théâtre éponyme. Xavier Dolan en a gardé sa comédienne phare, Lise Roy, et la trame principale : Tom se rend depuis Montréal dans une ferme pour assister aux funérailles de son copain. Seulement, sur place, il se voit contraint (par la violence, psychologique et physique) à ne rien révéler de sa relation homosexuelle à Agathe, la mère du défunt. C'est Francis, le fils aîné, qui en a décidé ainsi. Entre mensonges et travaux à la ferme, Tom s'aperçoit bien vite que chacun au village évite ses deux hôtes tandis que l'envie de fuir se fait de plus en plus pressante. A moins qu'il ne puisse plus quitter les lieux...

Copyright photo : Clara Palardy


Tourné comme un huis clos, il se définit selon le réalisateur selon trois termes : la peur, l'angoisse et l'étrangeté. Pari réussi pour le coup tant le film est anxiogène ! On souffre et on rit avec Tom dans ce décor austère et gris, où les seuls êtres normaux semblent être les vaches. Alternant entre scènes de tension intense et d'euphorie loufoque, le film illustre l'état d'esprit du personnage principal, citadin et cheveux peroxydés, face au machisme, à la tradition et à l'homophobie. Le détail très fin, et qui rend peut-être le film encore plus étrange, c'est que seuls les habitants de la ferme sont homophobes. Solitude, honte, homosexualité refoulée ? Les scènes extérieures à la ferme renforcent en tout cas le côté anxiogène de la trame. La musique y est d'ailleurs pour beaucoup : hormis les titres super kitsch chers à Xavier Dolan (comme Pleurs dans la pluie de Mario Pelchat, 100% Québec), la BO effrayante est signée Gabriel Yared, un des dieux compositeurs selon moi depuis la BO de 37,2 le matin qu'il a également écrite.

Copyright photo : Clara Palardy


Pendant près de deux heures, on a très envie d'hurler à Tom de ne pas y retourner ou de vite récupérer sa valise, départ qui ne semble plus si certain au fur et à mesure... Dès lors qu'on réagit comme ça face à l'écran, je crois qu'on peut dire que le film est réussi :) 

Le casting, purement québecois, est en tout cas très juste dans le registre de l'étrangeté : Lise Roy donc, Pierre-Yves Cardinal (beau gosse suprême) et Xavier Dolan lui-même, parfaitement parfait. Bon, heureusement qu'il y a parfois des sous-titres hein, parce que la langue québécoise est parfois difficile à cerner.
Bref, je suis ressortie très enthousiaste de ce thriller anticonformiste, à voir si vous appréciez le cinéma indépendant et surtout le dynamisme de Xavier Dolan. Et le pire, c'est que c'est aussi très drôle par moment.
La sortie du film est prévue pour le 16 avril, ça laisse encore un peu de temps ! Je vous laisse avec le premier teaser, angoisse garanti :




Et vous, tentées par ce thriller ? Appréciez-vous le cinéma de Xavier Dolan en général ?
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...