Jade from Paris: Zulu de Caryl Férey : plutôt en livre ou au ciné ?

lundi 2 décembre 2013

Zulu de Caryl Férey : plutôt en livre ou au ciné ?

affiche film zulu 2013


Il faut le dire quand une adaptation cinématographique est réussie, et c'est le cas de Zulu de Jérôme Salle. Et ce n'était pas chose facile car j'ai littéralement adoré le roman de Caryl Férey, paru en 2008 et acclamé par la critique. Il a même reçu le Grand Prix de Littérature Policière et le Grand Prix des lectrices de ELLE, c'est vous dire le niveau. Un super polar frenchie qui se déroule dans les townships de Cape Town en Afrique du Sud, sur fond de crimes, de drogues, de relents d'apartheid et de pardon. 
Ne reste plus qu'à choisir sous quel format Zulu vous convient le mieux, selon vos goûts :

zulu film jérôme salle
Copyright photo : Pathé


La description sans concession de la violence ne vous fait pas peur : lisez le roman.
Je crois que rien n'est vraiment rose dans ce livre et c'est ça qui le rend d'autant plus marquant. Caryl Férey n'hésite pas à dépeindre la société sud-africaine de manière très sombre et décrit aussi bien la violence sociale que la violence tout court. Et les protagonistes sont eux-mêmes agaçants, insupportables même, comme Joséphina et Brian Epkeen, d'où cette impression de ne jamais avoir affaire à un "polar héroïque". La première scène est d'ailleurs très dure (un enfant assiste aux barbaries affligées à sa famille) et annonce la couleur. Avec un crescendo autour d'un barbecue, qui laisse vraiment bouche bée.
Si le film est plutôt fidèle au livre, l'ensemble a été adouci et les scènes de sexe ont même carrément disparu. J'ai pu demander à l'équipe du film à l'issue d'une projection presse les raisons de ce changement et je suis plutôt d'accord avec eux après coup : certaines scènes du livre auraient paru ridicules à l'écran (comme celle du barbecue justement).

film zulu jérôme salle
Copyright photo : Pathé


Vous voulez admirer Orlando Bloom sans costume de pirate ou d'elfe : regardez le film.
Sacrée surprise qu'Orlando Bloom dans un rôle de flic désabusé, trop porté sur le whisky et les fesses de la voisine. J'ai même carrément eu peur au moment de sa première scène, tout simplement parce que j'imaginais Brian Epkeen plus vieux et moins beau dans le livre. L'acteur s'avère au final excellent, accent et dialogues en langue afrikaans inclus (les fans de Die Antwoord comme moi ne seront pas déçus). 
Il vole presque la vedette à l'immense Forest Whitaker, assez zen et différent de l'image que je me faisais d'Ali Newman mais toujours très juste. Ca change sacrément des rôles habituels du petit Orlando et la transformation est convaincante.

film zulu adaptation
Copyright photo : Pathé


L'art à la française n'est pas mort mais il vous en faut la preuve : lisez le roman et regardez le film.
Je suis loin d'être chauvine mais à l'heure où l'on compare sans cesse le succès des productions américaines et françaises, je tiens à dire qu'il y a des trucs chouettes made in France. Caryl Férey par exemple est un écrivain originaire de Caen passionné de voyages. Attrait pour l'ailleurs qui a mené entre autres à la publication de Zulu, Haka, Hutu et Mapuche, romans policiers si précis et documentés qu'ils semblent avoir été écrits par un autochtone.
En face, Jérôme Salle est un réalisateur de chez nous, connu pour ses travaux précédents : Anthony Zimmer et la saga Largo Winch. En s'entourant pour Zulu d'acteurs hollywoodiens et locaux (le tournage a eu lieu sur place, à Cape Town), le pari est d'autant plus réussi je trouve et évite ce jeu parfois faux des comédiens français (Tomer Sisley en tête). 


zulu orlando bloom
Copyright photo : Pathé


Vous rêvez de visiter les townships mais hésitez quand même un peu : regardez le film.
C'est la mode du tourisme indécent depuis quelques années mais faire un tour dans des favelas et bidonvilles me tente quand même moyen. L'équipe du film a d'ailleurs avoué avoir constamment été entourée par la police au moment du tournage (avec un bon vol d'ordinateur quand même) et ne pas s'être sentie hyper en sécurité sur place, notamment dans les quartiers métis. Le résultat dans la boîte fait en tout cas voyager depuis son fauteuil : c'est coloré, c'est délabré mais sans jamais d'excès à l'écran.

zulu forest whitaker
Copyright photo : Pathé


Vous êtes passionné d'histoire et voulez en savoir plus sur l'Afrique du Sud post-Apartheid : lisez le livre.
Le souci des adaptations cinématographiques, c'est qu'il faut garder le maximum du bouquin d'origine sans perdre l'attention des spectateurs. Des scènes de "violence pour la violence" ont ainsi été éludées mais c'est aussi le cas des points historiques abordés par Caryl Férey : origine des Blancs d'Afrique du Sud, existence du parti politique zoulou Inkatha et ses assassinats, rétablissement social de criminels de l'Apartheid grâce à la Commission Vérité et Réconciliation...
Le scénario du film est du coup simplifié sans pour autant devenir bancal, mais ceux qui ont déjà lu le livre resteront sans doute sur leur faim. Mon copain a par exemple adoré l'adaptation alors que de nombreuses impasses m'ont un peu déçue (comme l'oubli total du premier amour d'Epkeen ou le rôle du personnage de Rick Van der Verskuizen)...


Bref, on fonce dévorer Zulu version roman si on n'a pas froid aux yeux et si on aime les bouquins très documentés, avec plein d'Histoire dedans. Ou on fonce au cinéma voir son adaptation pour passer un excellent moment devant ce polar réussi, allégé et adouci mais quand même rude. Ou on fait carrément les deux parce qu'ils sont quand même bien chouettes, même si j'ai toujours un faible pour le roman.
Zulu de Jérôme Salle sort ce mercredi 4 décembre au cinéma, enjoy ! Je vous laisse avec la bande-annonce



Et vous, avez-vous lu ce roman de Caryl Férey ? La version ciné avec Orlando Bloom et Forest Whitaker vous tente-t-elle ?

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...