Jade from Paris: My week with Marilyn

mardi 27 mars 2012

My week with Marilyn

      

J'ai eu la chance d'assister à l'avant-première du très attendu My week with Marilyn de Simon Curtis, avec entre autres Michelle Williams, Eddie Redmayne (Les Piliers de la Terre) et Kenneth Branagh (Good Morning England). J'attendais moi aussi sa sortie avec impatience et je n'ai pas été déçue, le résultat étant drôle et touchant à la fois, léger et un poil psychotique, à l'image de la personnalité ambigüe de Norma Jean Baker.


Le narrateur, Colin Clark, est un jeune diplômé d'Oxford un peu rêveur, qui souhaite plus que tout travailler dans le cinéma. Après avoir fait preuve d'un peu de forcing, il obtient un rôle de "troisième assistant réalisateur" sur le tournage de Le Prince et la Danseuse (1956) avec Laurence Olivier et Marilyn Monroe. Bras droit, confident, assistant des acteurs et du réalisateur... Les missions seront multiples et permettront à ce petit novice de se rapprocher de très près de Marilyn. Quitte à se brûler les ailes, comme bon nombre des hommes qui l'ont un jour entourée.


Colin Clark, qui a réellement existé, a publié en 1995 un mémoire dans lequel il a décrit le tournage en général, avant d'en publier un second (My week with Marilyn, d'où le titre du film) sur les liens qui l'ont uni à Marilyn Monroe pendant cette semaine un peu extraordinaire. Parfois très léger et amusant, le récit s'intéresse à la personnalité et au travail de l'actrice sans pour autant tomber dans l'exagération et la tragédie. J'avais tenté il y a quelques années de lire Marilyn, dernières séances de Michel Schneider et je n'avais pas du tout accroché sans vraiment pouvoir l'expliquer, et j'appréhendais du coup ce que j'allais voir à l'écran.


Mais le narrateur masculin permet d'avoir une vision plus originale, comprenant à la fois les nombreuses confessions que Marilyn (ou son comportement) vont lui faire et sa propre expérience à ses côtés. On y voit surtout une femme-enfant sans racines, farouche et trop peu sûre d'elle qui devient autre dès lors qu'elle est Marilyn. Arrogante, sexy, irrésistible, et qui souffre de cette image de symbole de féminité. J'ai trouvé très touchant les propos du personnage au sujet de son mariage calamiteux avec l'écrivain Arthur Miller: comme elle le dit, ses différents maris ont tous voulu épouser Marilyn Monroe, et ont tous fui en découvrant Norma Jean Baker. Une femme qui se rassure grâce aux regards d'envie masculins et aux encouragements des autres (dont ceux de sa coach, Paula, qui la materne plus qu'autre chose) mais se débarrasse des gens dès lors qu'elle n'a plus besoin d'eux, avant de revenir une dernière fois, peut-être, pour se sentir aimée à nouveau. Encore un peu et on sombre avec elle dans son mal-être et c'est ce qui est très réussi selon moi dans le film, ce balancement constant entre futilité, joie et spleen.


Bref, je vous recommande fortement ce réussi biopic qui traite pour une fois d'autre chose que de la relation entre Marilyn et les Kennedy, même si les pilules et l'alcool, eux, sont déjà présents.

Et vous, êtes-vous tentés par My week with Marilyn ? L'histoire de Marilyn Monroe vous intéresse-t-elle en général ?
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...