Jade from Paris: Films et bouquins du moment

vendredi 1 avril 2011

Films et bouquins du moment


Côté ciné, je dois dire que je suis un peu déçue des films que j'ai pu voir ces dernières semaines. Tout d'abord par Ma part du gâteau de Cédric Klapisch, que je voyais vraiment comme une sympathique comédie. Raté: j'en suis ressortie avec le moral en berne, les sujets de la mondialisation et des délocalisations étant traités gravement. Après une tentative de suicide due à la perte de son emploi, France décide de partir gagner à Paris, laissant filles et famille à Dunkerque. Elle travaille pour Steve, trader mégalomane, qui en plus d'être un gros enfoiré au quotidien est à l'origine de la fermeture de l'entreprise de France. Celle-ci va alors se venger et tenter de le mettre face à ses responsabilités... Si le fond du film est très intéressant (le peu de sanctions adressées aux responsables financiers VS l'abandon de milliers de chômeurs après les crash et délocalisations), c'est sa forme qui m'a dérangée: c'est comme si les images n'allaient pas bien ensemble, comme si elles étaient issues de deux films totalement différents. Certes, cela montre le décalage entre les vies de Steve et de France, mais le résultat est au final très peu esthétique. Heureusement que Gilles Lellouche joue parfaitement son rôle, ça fait au moins du bien au yeux.


Et que dire de Sucker Punch de Zac Snyder... Je l'attendais avec impatience et ma déception a elle aussi été à la hauteur. Babydoll se voit internée dans un hôpital psychiatrique par son beau-père, avide de profiter de l'héritage laissé par sa femme tout juste décédée. Hôpital psychiatrique qui s'avère être un club de danse pour messieurs, où les patientes sont à la merci des clients et des employés masculins. Seule issue de secours: l'imagination, où Babydoll et ses amis sauvent l'humanité et récoltent différentes clefs. Les effets visuels et l'idée sont très sympas: ces missions métaphoriques représentent en fait le chemin parcouru par Babydoll et ses acolytes féminines dans la réalité, où les clefs auront véritablement un sens (un couteau, un plan, un briquet...). Sauf que ça devient vite répétitif au bout de deux clefs récoltées, voyez-vous. Sans oublier la fin typiquement positiviste digne d'un gros nanard. Bref, la bonne bande-originale et la beauté des images ne parviennent pas à sauver le film et c'est bien dommage. J'ai en fait eu l'impression de voir un film pour ados, et je pense que le résultat final m'aurait plu si j'avais encore 14 ans. D'un côté, j'avais beaucoup aimé 300 mais bien moins Watchmen, long et mou, donc j'aurais peut-être dû m'en douter. Bouh.


Côté bouquins, ça n'est pas plus folichon avec Kolyma de Tom Rob Smith (la suite d'Enfant 44) que je lis en ce moment, assez ennuyeux et plat. Mais je tiens bon, je déteste arrêter une lecture en cours de route. Et heureusement que j'ai eu de bonnes lectures auparavant, comme Le Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates de Mary Ann Shaffer et Annie Barrows ou Le dit de Tian-Yi de François Cheng. Le premier est un sympathique roman épistolaire pour les amoureux de la littérature tandis que le second plaira surtout aux adeptes de l'Histoire chinoise. En plus, ils sont tous les deux écrits dans un français soutenu, ça change de ce qu'on peut lire souvent.


Sinon, j'ai dévalisé la Fnac (pour changer). Et j'adore les offres des éditeurs qui donnent certains titres pour tant de romans achetés, ça permet de découvrir certains textes qu'on n'achèterait pas en temps normal! J'ai donc eu en plus Itinéraire d'enfance de Duong Thu Huong, auteur du superbe Terre des Oublis que vous conseille à tous d'ailleurs. Ce n'est pas comme si j'avais déjà une autre pile de bouquins à lire hein... Ma boulimie des livres me perdra.


Et parce que je suis également une boulimique des bonnes choses, je feuillette depuis quelques jours les deux tomes des Petites confitures de Christine Ferber: l'un sur les fruits rouges, l'autre sur les fruits exotiques. On trouve en plus des recettes des conseils sur la cuisson ou la mise en pot et à les lire, fabriquer sa propre confiture ne semble pas si dur que ça! Il faut juste quelques jours de patience, de bons fruits et des yahourts blancs pour les déguster au mieux (oui, je mange la confiture exclusivement avec mes yahourts). J'ai par exemple très envie d'essayer la "confiture de griottes et de pommes aux amandes", la "confiture de bananes et noix de coco au rhum" ou la "gelée de pamplemousse jaune". Yummy, n'est-ce point? Dommage que ces petits livres ne contiennent pas plus de photographies, ça n'en serait que plus alléchant.
Merci aux éditions du Chêne pour ces recettes gourmandes :)


Et vous, quels sont vos films et bouquins du moment?
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...