Jade from Paris: Un dîner chez Ozu (ou pas)

mardi 8 février 2011

Un dîner chez Ozu (ou pas)


Il y a quelques semaines, ma copine Gaëlle a fêté son anniversaire chez Ozu, restaurant japonais de son état. Celui-ci est un peu particulier puisqu'il se situe à l'intérieur de l'Aquarium du Trocadéro. Les clients s'y rendent afin de déguster de petits (au sens littéral du terme) plats tout en observant des bancs de poissons dans un aquarium géant. Le reste de la déco, lui, mélange Japon ancestral et meubles plus contemporains: samouraïs, tables en bois ou en marbre, lumière tamisée, fleurs de coton, écrans plats... C'est joli mais le service et le contenu des assiettes laissent à désirer.


Il faut dire que ça commençait mal. Arrivés en avance, nous nous installons dans des fauteuils situés avant l'entrée du restaurant. Entrée mal indiquée à l'entrée de l'Aquarium soit dit en passant, et l'espace semble même fermé de l'extérieur. J'en profite pour jeter un oeil au menu du restaurant affiché non loin de l'entrée avant de me faire enguirlander par le vigile du lieu. Il parait que je n'ai pas le droit d'être ici: soit je rentre dans le restaurant, soit je sors. C'est à se demander à quoi servent les fauteuils et l'affichage du menu. Raison donnée: des gens pourraient me voir depuis la rue et penser que l'endroit est ouvert (!). Et oui, c'est bien connu: les restaurants ouvrent mais ne veulent pas de clients, ça pourrait augmenter leur chiffre d'affaires et ça n'est pas du tout le but. Par chance, les autres convives arrivent à ce moment-là. Cela me permet de laisser le vigile avec un autre potentiel client, à qui il crie: "Non, fermé! Bar, fermé! Fermé, pas possible!".


A l'intérieur du restaurant, nous nous installons sur une grande table de marbre avec une jolie vue sur l'aquarium. J'avais lu sur le net que les portions étaient très petites et la serveuse ne manque pas de nous le rappeler. J'opte donc pour un menu "Inspiration" à 45€, qui propose 4 plats, une soupe, un riz blanc et un dessert. Le prix est élevé mais je ne risque pas d'avoir faim en sortant de table au moins. Les plats de tout le monde arrivent et c'est là que commence la débandade: des assiettes que nous n'avons pas commandées débarquent des cuisines et les serveuses ne semblent pas vouloir les remporter. Un des invités se sent même obligé de prendre une soupe miso qui lui était présentée quitte à devoir la payer à l'arrivée. Ça, c'était pour les soupes. Et c'est la même chose pour des brochettes de poulet servies à ceux qui ont commandé un menu (dont moi) alors que la carte ne les mentionne pas. Après vérification en cuisine, les serveuses se sont en fait trompé de menu.
Tout le monde est correctement servi et nous commençons enfin nos plats, dans la joie et la bonne humeur. Le contenu de notre menu nous a été servi en même temps (sauf le dessert), ce que j'apprécie beaucoup. On peut picorer d'assiette en assiette sans obligation. Je vous les présente:

Salade Yuzu Miso (soja, carotte, radis blanc): des crudités fades avec une sauce super acide

Chair de Crabe (du crabe sur son lit d'algue, le tout à la citronnelle): bon et original

Sashimis de Saumon, posés sur du radis blanc: bon mais sans plus

Tataki de Boeuf: un boeuf mi-cuit au goût indescriptible et délicieux, LA bonne surprise

Riz blanc: du riz cuit au rice-cooker quoi

Soupe Miso Blanche: bonne (et joli bol)

Le dessert est un assortiment de douceurs sucrées: mochi au thé vert, mochi au sésame et sorbet yuzu-citron. Ce dernier est très frais, j'aime beaucoup.


Mon avis sur les plats est donc mitigé mais certains de mes voisins ont adoré ce qu'ils ont commandé à la carte. Je ne regrette cependant pas mon choix car j'en aurais sûrement eu pour plus de 45€ étant donné mon appétit de mammouth. Dommage que le service laisse à désirer... Tout comme les soupirs de la serveuse au moment de nous encaisser presque tous séparément. Certes, nous étions une douzaine mais ce n'est certainement pas la réaction attendue dans un lieu qui se revendique "zen" et "raffiné" (mon cul). De plus, la salle était loin d'être remplie mais le staff n'était pas pour autant concentré sur les tables: on doit héler quelqu'un pour obtenir de l'eau, les assiettes vides sont débarrassés trop lentement... Par contre, il y avait du monde pour nous forcer à commander alors qu'on attendait les derniers convives, c'est drôle.
Alors, est-ce qu'on dîne chez Ozu? Oui, pour un évènement spécial car le lieu sort de l'ordinaire, à condition de ne pas être regardant sur le service déplorable et le contenu des assiettes. En gros: non, on n'y dîne pas. Ou alors une fois pour essayer entre amis.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...