Jade from Paris: Chine: les Grottes de Longmen

samedi 9 janvier 2010

Chine: les Grottes de Longmen


Mieux vaut tard que jamais, est-ce que ça vous dit de refaire un tour en Chine? Je vous l'avais dit, je ne suis pas restée qu'à Beijing pendant le mois d'août. Huit heures de train couchette et 4 toilettes turques sur 5 bouchées plus tard (pas par moi hein), je suis arrivée à Zhengzhou, dans la région du Fujian. Le but n'était pas particulièrement de visiter la ville mais plutôt de me rapprocher de Shaolin et de Longmen, deux sites touristiques aussi impressionnants qu'exténuants.


Je n'avais personnellement jamais entendu parlé du site de Longmen avant de m'y rendre, pourtant inscrit sur la Liste du Patrimoine mondiale de l'UNESCO depuis 2000. Les grottes s'étendent sur deux montagnes, Xiang Shan et Longmen Shan, elles-mêmes situées au bord de la rivière Yihe qui coule entre elles. On pourrait croire qu'il s'agit de grottes troglodytes tout à fait classiques, mais cet endroit est un témoignage de l'Histoire de la Chine, autant au niveau politique que religieux. Leur construction a débuté en l'an 493 sous les ordres de l'empereur Xiaowen de la dynastie Wen. Les dirigeants au pouvoir, vers la fin du 5e siècle, avait choisi cette région comme capitale, d'où leur présence près de Longmen à l'époque. De culte bouddhiste, ils demandèrent aux paysans du coin de creuser dans la montagne de multiples grottes mais aussi d'y sculpter Bouddhas, Bodhisattvas et autres Arhats. En tout, on ne compte pas moins de 1352 grottes, 785 niches, 97000 statues et 3680 tablettes de pierre gravée. Mais seuls deux tiers de ces oeuvres appartiennent à la dynastie Wei: la construction des grottes ayant traîné sur plus de 400 ans, la dynastie Tang (sous les ordres de l'impératrice Wu Ze Tian) a continué le travail. Les styles de sculpture diffèrent donc, tout comme les types de bouddhisme. Certaines sculptures semblent par exemple avoir été inspirées des croyances de la secte de la Terre Pure, en plein développement au 5e et 6e siècle. Très simple, elle prônait le paradis après la mort à condition de réciter le nom d'Amitabbha plusieurs fois par jour, d'où son considérable succès auprès du peuple. Mais trève de présentations! La visite se fait du côté ouest, sur le Longmen Shan.


Comme vous pouvez le voir sur les photos, la plupart des statues sont endommagées et rares sont celles qui possèdent encore leur tête. Ce sont les riches collectionneurs étrangers qui en sont en petite partie la cause, puisque qu'au début du 20e siècle beaucoup rentraient dans leurs pays d'origines en compagnie de oeuvres gracieusement "empruntées" sur le territoire chinois. Celle ci-dessous n'a plus d'index ni de majeur par exemple, après qu'un collectionneur américain a demandé aux paysans du coin de les lui apporter moyennant paiement. Néanmoins, la plus grande partie de ses destructions a eu lieu pendant la Révolution Culturelle.


Le Temple Fengxian est sans hésitation le passage le plus impressionnant de la visite. Après l'escalade des nombreuses marches d'escaliers en suivant la foule, on tombe nez à nez avec des statues mesurant jusqu'à 17 mètres de haut. Autant vous dire qu'après le vertige, c'est surtout un complexe d'infériorité que l'on ressent ahah. Et lorsque l'on passe sur la rive opposé, côté Xiang Shan donc, l'effet est encore plus scotchant. Regardez plutôt:


Ah oui, quand même...
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...