Jade from Paris: Tous au cinéma!

jeudi 17 décembre 2009

Tous au cinéma!


Ce n'est pas encore le réveillon que je parle déjà de 2010! J'assiste en fait début janvier à l'avant-première du dernier Disney La Princesse et la Grenouille grâce au Club 300 AlloCiné dont je fais désormais partie, et j'ai la possibilité de faire gagner deux places à l'un d'entre vous. Si cela vous tente, la projection se déroulera le 6 janvier à 19h30 à Paris et sera suivie d'un cocktail dînatoire. Laissez-moi un commentaire et je tirerai au sort le nom du chanceux dès demain, 19h!


LE film dont tout le monde parlait cette semaine était en tout cas Max et les Maximonstres de Spike Jonze que beaucoup de blogueurs semblent avoir apprécié. Je vous avoue que ce n'est pas du tout mon cas alors que j'attendais la sortie de ce film avec impatience: c'est long et franchement ennuyeux. Ma lecture du livre de Maurice Sendak remonte maintenant à une quinzaine d'années et je n'en garde pas un grand souvenir, à part que les illustrations me paraissaient terrifiantes. Malheur à moi: je n'ai du coup rien compris à l'histoire, à part que Max est un petit garçon hyperactif, turbulent et ingérable. Après une dispute avec sa mère, il s'enfuit de chez lui, prend une barque et navigue jusqu'à une île où vivent d'étranges créatures, les Maximonstres. Cela semble improbable? C'était exactement mon ressenti en sortant de la projection. Max est-il en train de rêver? D'où viennent les Maximonstres? Pourquoi vivent-ils sur cette île? Combien de temps cohabitent-ils? Je me le demande encore. Ajoutez à cela des scènes longues et plates ou trop rythmées et "fouillies" qui s'enchaînent et le tour est joué. Je n'ai rien contre l'usage de l'imaginaire mais à condition de tout de même suivre une certaine logique... Restent la B.O du film (Karen O and the Kids) qui n'est pas mal du tout et de très jolis plans (Max au bord de la falaise ou dans le désert par exemple), mais c'est bien vite oublié. Une grosse déception selon moi.


Sydney a la quarantaine, c'est un braqueur de banque. Quand un jour un de ses casses tournent mal, il décide de passer voir sa mère pour une durée indéterminée, sans pour autant tout lui dire de ses activités. Et quand celle-ci découvre la vraie nature de son fils chéri, elle est bien décidée à le lui faire payer... Telle est l'histoire du Vilain d'Albert Dupontel, qui est sorti en salles depuis quelques semaines déjà. Le réalisateur partage l'affiche avec Catherine Frot, l'une de mes actrices françaises favorites, et je dois avouer que c'est plutôt réussi! Le sujet pourtant simple est traité avec humour, même si je ne suis pas spécialement friande du potentiel comique de Dupontel ("Mais qu'est-ce que je vais bien pouvoir mettre dans mon herbier?", si vous voyez la scène). De plus, les rôles secondaires sont très bien joués (Bouli Lanners en promoteur immobilier mafieu, Nicolas Marié en docteur dépressif) et contribuent vraiment au folklore politiquement incorrect du film. Un long-métrage sympathique en somme, qui se regarde sans difficulté et parvient à redonner le sourire. Et un merci à Blogbang pour cette projection :)
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...