Jade from Paris: Cyrano de Bergerac et les Empires du Soleil

dimanche 13 septembre 2009

Cyrano de Bergerac et les Empires du Soleil

Crédits photos: Jade Olivier pour OMA avec l'autorisation du Groupe F et du Château de Versailles

Grâce à mon chéri, j'ai eu la chance d'assister au sublime spectacle Cyrano de Bergerac et les Empires du Soleil au Château de Versailles, véritable show mêlant pyrotechnie et chorégraphies. Le tout était organisé par le Groupe F, une société spécialisée dans l'organisation de spectacles de ce genre et qui a déjà fait ses preuves au Trocadéro, à Turin, Macao ou encore Dubaï. Six représentations étaient programmées (la dernière a eu lieu hier soir à guichet fermé), et quand je vous dit que j'ai été chanceuse, c'est même plus que ça puisque j'y suis carrément allée deux fois! Ma présence était quelque peu "officielle" mais je vous en reparle dans quelques instants, le temps de vous présenter l'histoire.
On connaît surtout Cyrano et son long nez grâce à la pièce de théâtre d'Edmond Rostand écrite en 1897, mais le personnage a réellement existé. Parisien du 17e siècle, Savinien Cyrano de Bergerac était un passionné d'écriture: poèmes, lettres, pièces de théâtre... Il est même l'auteur d'un roman de science-fiction et d'aventures, intitulée L'Autre Monde: Etats et Empires de la Lune, Etats et Empires du Soleil (rien que ça). A sa mort, son texte inachevé est publié mais fait aussitôt scandale: son récit, qui mentionne l'existence d'animaux, de philosophes et de créatures étranges ailleurs que sur la Terre, n'est rien de moins que de la sorcellerie selon les opposants de Cyrano.
Le Groupe F imagine alors l'échappatoire en neuf actes de notre héros encore vivant, contraint de s'envoler vers le Soleil devant la menace des Antilunaires...


Emprisonné par ses détracteurs, Cyrano fait de sa cage une fusée qui le dirige vers le cosmos. Il attérit sur une planète-matrice et rencontre des créatures inconnues, naissant des rayons du Soleil. Son voyage continue ensuite en apesanteur, entouré de planètes, d'eau et de feu.


Sa prochaine étape est une autre contrée du Soleil, où des êtres volants s'observent dans le ciel: la République des Oiseaux. Seulement, ces nouveaux habitants n'hésitent pas à juger les Hommes pour tout le mal qu'ils font à la nature et aux animaux. Cyrano passe donc en procès devant l'énorme oeil faisant office de juge et subit le supplice de la chaise électrique devant toutes les preuves qui l'accablent.


Parmi les habitants, certains ne sont pas aussi durs que ceux du Tribunal des Oiseaux. L'autruche souhaite sauver Cyrano et l'entraîne donc au-delà des plaines, vers la contrée des Amours de Légende (et c'est là que ça devient chaud).


Par "amours", on entend "tous les plaisirs". Les créatures que Cyrano rencontre dans cette contrée pratiquent avec joie le marivaudage et l'orgie et nous le montrent très explicitement grâce à diverses positions exécutées dans les airs et sur l'eau (je crois que tout le Kamasutra y passe).


C'est aussi dans cette contrée qu'il rencontre son double, Dyrcona, le narrateur de son roman L'Autre Monde. Ils connaissent ensemble le trouble des sentiments amoureux, magnifiquement représenté par le mariage des fontaines (pour le froid) et des flammes (pour le chaud).


Dans la République du Soleil, celles des philosophes, le couple vit leur idylle au grand jour, loin des scandales et des polémiques terriennes... C'est tout simplement "l'Autre Monde".

Que dire à part que le spectacle est tout simplement grandiose. La magie se situe à la fois dans les airs, sur l'eau du Bassin de Neptune et dans le ciel de Versailles et on en prend vraiment plein les yeux. Nos places étaient situées en plein milieu des estrades, de manière à ce que je prenne de jolies photos (c'était donc ça, ma mission "officielle"), et ça faisait longtemps que je n'avais pas été autant émerveillée. Je n'étais apparemment pas la seule puisque les deux représentations auxquelles j'ai assistées étaient pleine à craquer, et les applaudissements étaient juste fous. L'accueil était également aux petits oignons et bien organisé, ce qui n'est pas toujours le cas dans les évènements de ce genre. Une chose est sûre: j'attends le prochain spectacle du Groupe F avec impatience!

D'ailleurs, à propos de photographie, j'ai bien envie de vous parler de mon expérience ce soir-là. Invitée en tant qu'assistante de mon amoureux pour le compte de son agence OMA, j'étais chargée de prendre des photos du show comme je vous l'ai dit et j'avais sacrément les pétoches de tout rater. Ça avait d'ailleurs très bien commencé puisque ma première dizaine de clichés était d'un noir intense et profond... et rien d'autre. Temps de prise trop longs, sujets invisibles sur l'écran, j'ai bien cru que j'allais pleurer ma mère et balancer mon réflexe dans le bassin. Et puis je ne sais pas ce qui s'est passé, j'ai commencé à respirer par le nez et ai eu le bon sens d'utiliser le mode "Traînées Lumineuses" de mon appareil en manuel et en mise au point sur "Infini" (ceux qui n'aiment pas la photo ont déjà attrapé une corde, désolée!) au lieu de modifier les réglages toutes les 2 minutes sans arriver à rien. Au final, je suis plutôt satisfaite du résultat mais bordel, c'était super difficile! Cet évènement m'aura au moins fait découvrir la photo en temps réel et c'est toujours plaisant de revoir les moments que l'on a capturés, ou que l'on a réussi à capturer du moins :)
Je récapitule donc: pour photographier des feux d'artifice et si l'on a un réflexe Sony, on utilise le mode "Trainées Lumineuses" (M puis BULB), ISO 3200, mise au point manuelle sur "Infini" et en rafales pour ne rien louper. Et on évite de trembler quand on n'a pas de trépied hihi
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...