Jade from Paris: Beijing: Tiananmen et la Cité Interdite

lundi 7 septembre 2009

Beijing: Tiananmen et la Cité Interdite


Pour ce premier article sur mon voyage chinois, j'ai choisi de regrouper la place Tiananmen et la Cité Interdite à cause de leur proximité géographique, la première se trouvant devant la seconde - ou derrière, cela dépend du chemin emprunté :) J'ai personnellement suivi la solution n°1 mais il faut d'abord traverser quelques rues pleines de boutiques et de touristes. Breloques, restauration rapide, enseignes internationales (comme H&M), marchands de fruits ambulants... Il y en a pour tous les goûts et les bâtiments viennent juste d'être rénovés "comme à l'ancienne", replongeant les piétons dans un passé un poil trop neuf. A noter également qu'à l'époque où les empereurs habitaient la Cité Interdite, ces rues se situaient tout juste à l'entrée de la ville. Le haut monument que l'on aperçoit au loin s'appelle d'ailleurs la Porte Zhengyang ("Porte Face au Soleil") ou Qianmen ("Porte d'entrée").


La place Tiananmen se situe au bout de la grande allée, derrière la Porte Zhengyang, mais contrairement aux idées reçues, elle ne se borne pas au portrait de Mao! Elle recouvre en fait 40 hectares et est même considérée comme la place la plus grande du monde. Surtout, elle est entourée de monuments très importants pour l'Etat et la population: la Porte de la Paix Céleste (où est accroché le portrait de Mao Zedong), le Musée d'Histoire Nationale, le Palais de l'Assemblée du Peuple, le Monument aux héros du Peuple, le mausolée de Mao Zedong et la Porte Zhengyang. L'abondance d'édifices nationaux est telle qu'il faut passer son sac aux rayons X avant d'accéder à la place, sous le regard sévère des soldats.


Il faut traverser la Porte de la Paix Céleste pour entrer dans la Cité Interdite (ou Musée du Palais Impérial), à la queue-leu-leu et droit devant soi (je me suis par exemple faite réprimander par des soldats pour avoir pris une photo de près du portrait de Mao). Un ticket acheté et 70 guides indépendants recalés plus tard, je mets enfin les pieds dans la Cour Extérieur du Palais et j'ai peine à croire que pas moins de 24 empereurs, leurs concubines et leurs eunuques ont foulé ces pierres.
Construite à partir de 1405 sous l'empereur Chengzu, la Cité Interdite a connu deux dynasties: les Ming et les Qing, jusqu'au règne de l'empereur Puyi ("le Dernier Empereur"). L'architecture des lieux est évidemment somptueuse et fastueuse et il aura fallu 13 ans pour construire les 9000 pièces! Les bâtiments peuvent se diviser en plusieurs parties: celle réservée aux visites ministérielles et cérémonies officielles, celle où logeait l'impératrice, les concubines et les fils de l'empereur ou encore celle réservée à l'impératrice douairière et aux anciennes concubines. La disposition des objets à l'intérieur des salles n'a pas changé et il est ainsi possible d'apercevoir le mobilier et les installations datant d'il y a plusieurs siècles (des trônes et des lits pour la plupart). Les cours n'ont pas changé elles non plus: les énormes dalles sculptées de plusieurs tonnes sont toujours au sol, tout comme les statues de grues en bronze servant à brûler les encens ou les immenses jarres à eau. De plus, vous vous demandez sans doute ce que sont les boules rouges dans la série de photo ci-dessous. Il s'agit en fait de porte-bonheur dont le nombre était minutieusement calculé, et la légende dit qu'il faut toucher toute une ligne de ces boules pour que son voeu se réalise. Du coup, je n'ai pas hésité: j'y ai mis les bras, les mains et les omoplates mais pas la jambe droite car je manque de souplesse huhu.
Il n'y a pas à dire: les empereurs menaient vraiment une vie de faste, et je crois que les décors et l'ambiance bling-bling et dorés du film La Cité Interdite de Zhang Yimou ne sont vraiment pas exagérés.


Arrivée au bout des dalles de pierre, la visite n'est point encore terminée puisque derrière la lourde porte se trouve le Jardin Impérial. Celui-ci comprend un pavillon réservé aux pratiques bouddhistes, une Porte Céleste, un théâtre mais aussi une salle où des cultes étaient rendus aux divinités taoïstes cette fois-ci, preuve de la relative ouverture d'esprit des empereurs. Le jardin renferme même une bizarrerie naturelle, la Colline au Spectacle Ravissant, haute rocaille aux pierres quelques peu étranges. Un kiosque se situe à son sommet, où l'empereur et sa suite se rendaient trois fois par an (!) pour admirer la vue. Aujourd'hui, de petits troquets y proposent des boissons fraîches ou autres bubble-tea pour se reposer après la traversée en long et en large du domaine.
La visite est maintenant terminée, il suffit de passer la Porte de la Fierté Divine pour arriver sur le parvis nord de la Cité Interdite. Juste en face s'élève la Colline de Charbon, caprice impérial elle aussi dont je vous reparlerai très bientôt, si le coeur vous en dit bien sûr...


Petit détail technique: je me suis aidée du guide The Forbidden City, acheté à la sauvette sur place et pourtant très intéressant et bien traduit, pour toutes les données historiques et architecturales et je vous avoue que j'ai beaucoup appris de cette lecture.
J'espère en tout cas que ce premier épisode vous plaît :)
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...