Jade from Paris: Milan: jour 3

mardi 28 avril 2009

Milan: jour 3


En cette dernière matinée sur place, nous nous levons très tôt pour pouvoir profiter du beau temps, avant de partir pour l'aéroport à 14h. Direction la fameuse Scala et son musée, situé non loin de la galerie Vittorio Emanuele II. L'entrée à 4€ donne l'accès aux collections mais aussi à l'opéra, que l'on peut admirer depuis une loge. Lors de notre visite, des répétitions de lumières avaient lieu et la salle était plongée dans l'obscurité, mais ce que nous avons pu apercevoir nous a vraiment charmés. Pampilles, velours coloré, fauteuils à l'ancienne, les décors et l'atmosphère confinée nous ont vite fait voyager jusqu'au XVIIIe siècle italien. Le musée, lui, est un peu plus décevant: nous en avons carrément fait le tour en moins d'une heure! Petit et composé surtout de portraits et bustes de cantatrices et musiciens, il ne renferme pas de chef-d'oeuvre mais se visite tout de même sans broncher. J'ai beaucoup apprécié d'avoir sous les yeux le piano de Giuseppe Verdi, vestige de toute une époque de faste et de romantisme. Les photographies n'étant pas permises, vous ne verrez que l'enseigne du musée :)


Nous retournons ensuite, comme la veille, vers la rue Garibaldi. En attendant l'ouverture de notre restaurant du jour, nous décidons de nous balader dans les petites rues mitoyennes et piétonnes. Et au détour d'une trattoria, nous tombons sur des dizaines de galeries d'art, décidément bien cachées derrière les bistrots de la rue principale.


12h, le restaurant de tout nos désirs ouvrent enfin ses portes. Il s'agit d'Obika, LE lieu du moment: une chaîne de mozzarella-bar présente de Londres à New-York en passant par Tokyo et Turin. Le comptoir est particulièrement intéressant, puisqu'on peut apercevoir les ingrédients rangés et utilisés par les cuisiniers à travers une vitre transparente; les quatre types de mozzarella proposés reposant dans leur eau attisent d'ailleurs la curiosité et l'appétit, bien pensé. Les tarifs étant excessifs, nous avions repéré la veille un menu pour le déjeuner à 11€. Pain, une grande bouteille d'eau par personne, orecchiette à la sauce Obika et brocolis pour moi, mozzarella di buffala et jambon cru pour Chéri, deux tiramisu pour le dessert. Autant dire que l'affaire est bonne, même si mes pâtes sont loin d'être extraordinaires. A noter surtout que le service est hautain à souhait malgré les excellentes critiques à l'échelle internationale, entre des clients-cadres et une responsable apparemment mal-baisée. Après 10 minutes de shootage intensif, madame m'a enfin appris que les photos étaient interdites, et à son regard tout au long du repas j'ai bien cru que j'allais finir par retrouver une tête de cheval dans mon lit parisien avant la tombée de la nuit. Les photos étaient déjà dans la boîte, trop tard hinhin et je pense quand même être en droit de photographier ce que j'ai payé, Maria Luisa. Ne comptez pas non plus sur un "Grazie" au moment de payer l'addition, ce serait bien trop aimable de sa part (il nostro denaro è merda). A tester uniquement si l'on a la patience et l'argent, car une excellente mozzarella di buffala doit sans doute pouvoir se dégoter ailleurs en ville. Et aussi si l'on veut avoir testé le concept au moins une fois dans sa vie.

Voilà, c'était mon petit débriefing milanais. J'espère que ces articles vous auront plus, et s'il ne faut retenir qu'une chose: Milan est une ville charmante, aux habitants accueillants et loin du stress! Une excellente destination pour un week-end donc, même si c'est toujours trop court.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...