Jade from Paris: Dolores, Dolly, Lola, Lolita

lundi 16 juin 2008

Dolores, Dolly, Lola, Lolita


Impossible que vous ne connaissiez pas Lolita, aussi bien sur papier que sur pellicule de film. Comme je ne suis pas particulièrement cinéphage, c'est surtout du livre de Vladimir Nabokov que je souhaite vous parler aujourd'hui. Franchement pas toujours évident à lire, le roman aborde le thème de la pédophilie à travers un bel homme qui se surnomme lui-même Humbert Humbert: marqué depuis l'enfance par son premier amour qu'il n'a malheureusement jamais consommé, il va vite faire des jeunes filles (à l'image de sa dulcinée désormais décédée) ses idéaux amoureux et sexuels. C'est ainsi qu'il s'éprend de Dolores, alias Lolita, nymphette d'une dizaine d'années qui vit sous le même toit que lui. Par le biais du journal-témoignage qu'il écrit en prison, Humbert Humbert raconte de A à Z ses amours défendues, décrivant sa victime comme une jeune fille précoce, très entreprenante, calculatrice et malgré tout heureuse: c'est intéressant de voir comment un point de vue peut arranger une version des faits, rendre un détraqué sexuel tout blanc alors qu'il a toujours vécu de manière à assouvir ses fantasmes. De plus, le roman montre aussi la complexité des enfants-femmes (et non plus femmes-enfants), qui n'ont pas plus de quinze ans mais ressemblement et agissent comme de véritables adultes, bien que le narrateur les préfère plus vertes... Le tout comporte donc énormément de scènes assez choquantes d'un point de vue moral, mais le reste est savamment écrit, dans un style décousu, châtié ou même lyrique. Rien de pornographique comme l'on affirmé les premiers éditeurs de Vladimir Nabokov; juste l'introspection d'un condamné qui connaît et assume ses penchants pervers et qui sait qu'il mourra bientôt.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...