Jade from Paris: L'histoire de la mère de famille frustrée, hystérique et probablement mal-bai***

dimanche 25 mai 2008

L'histoire de la mère de famille frustrée, hystérique et probablement mal-bai***




Aujourd'hui, comme tous les dimanches, je me rends à mon poney-club pour une heure de cours et de longues minutes de câlins et de pansage avec mon cheval adoré. C'était sans compter sur une femme de 50 ans, mère d'une jeune cavalière qui monte dans un cours (niveau moins élevé que le mien), qui m'a littéralement bousillée ma fin de journée. Et pourquoi? Parce que j'ai aidé une petite à faire avancer sa ponette, tout en refusant de la laisser déguster des friandises pour chevaux que j'avais dans les mains. Et ça, ça l'a énervée la mère de famille qui se trouvait à deux mètres de moi: ne pas donner de bonbons aux fruits rouges à une ponette, même si elle vient d'en recevoir cinq minutes avant, c'est pas sympa. Mais de quoi je me mêle, non mais oh! Apparement, assister aux différents cours (dont les miens) et les commenter de soupirs et cris de découragement ne lui suffit pas. Alors la frustrée, en 2 minutes top chrono, m'a aussi balancé que:
-je suis agressive: certes, mais quand on se prend pour ma mère et qu'on me fait des remarques à la c**, ça m'énerve.
-je suis mauvaise avec les chevaux: c'est sans doute pour ça que j'ai dépensé des dizaines d'euros cette semaine à acheter du matériel d'équitation. Et puis tout le monde sait que j'utilise tout ça pour martyriser mon Doudou. Il a d'ailleurs l'air vachement traumatisé sur les photographies avec son nouveau licol, non?
-je donne des coups dans les dents de mon cheval lorsque je le montais: et mon poing dans les dents, ça lui dit à elle aussi?
-je ne monte pas avec souplesse: j'allais pas lui faire un ATR sur place, j'étais pas échauffée.
-je monte très mal: bon... je ne suis pas Alexandra Ledermann mais cela fait tout de même 10 ans que je fais de l'équitation et j'ai du progresser au fil du temps à mon avis. Elle doit penser qu'elle est la femme d'Alexis Grüss dans ces rêves, et ça lui fait pousser des ailes la pauvre.

Tout ça, je vous le rappelle, parce que j'ai repoussé la ponette qui voulait des friandises. Sauf que je suis ultra sensible et souvent très fatiguée le dimanche vers 17h. Et me prendre toutes ces réflexions dans la tronche alors que je n'avais rien demandé, bah ça m'a fait pleurer pendant de bonnes demi-heures; un peu comme Sonia quand elle a reçu plein de messages méchants comme il faut à propos de son blog. Et désormais que la scène est bel et bien terminée, des tonnes de réponses que j'aurais pu lancer à l'autre hystérique me viennent à l'esprit (ça vous arrive aussi?). Bon, je l'ai traitée de "connasse" quand elle m'a tournée le dos, ça compte? ;) Relativiser, ne pas me mettre dans cet état pour si peu... Oui, je sais, mais ces remarques qui n'avaient pas d'autre but que de me blesser m'ont horriblement vexée, sans même que je sache vraiment pourquoi. Alors d'après vous, quel est le syndrôme de ce spécimen hautement atteint?
Voilà, c'était le billet "Je vous raconte ma life: j'en ai besoin" du jour. Conclusion: faut aller chez le psychologue madame, ou chez le gynéco ça marche aussi à mon avis hinhin.



Et vous, quel a été votre meilleur hystérique?
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...