Jade from Paris

dimanche 28 janvier 2018

Maroni, les fantômes du fleuve sur Arte : la Guyane version vaudou

C'est une des séries françaisesque j'avais hâte de découvrir après avoir vu sa bande-annonce il y a quelques semaines : Maroni, les fantômes du fleuve, diffusée sur Arte jeudi dernier. Si comme moi vous n'étiez pas devant votre TV à ce moment-là, vous pouvez rattraper ses 4 épisodes jusqu'au 8 février sur le site de la chaîne (et même sur YouTube !). A la maison, nous l'avons visionnée à deux et notre avis est le même : c'est bien mené, intrigant et entraînant. Même si, je l'avoue, j'ai eu un peu de mal à accrocher au personnage principal, Chloé (jouée par Stéphane Caillard), dans le premier épisode. Cliché de la flic meurtrie, pas sympa, pas souriante... J'ai commencé à l'apprécier par la suite, quand elle cesse enfin d'être too much et que la série se concentre sur son enquête policière.

maroni les fantomes du fleuve arte
© Arte


L'intrigue : à Cayenne, en Guyane, un couple de métropolitains installé depuis années dans la région est retrouvé assassiné sur son bateau, sur le fleuve Maroni. Leur fils, Jean, est introuvable. Du côté de la police, ce sont Chloé et Dialo (joué par Adama Niane) qui sont en charge de l'enquête, non sans frictions. Elle vient juste d'arriver de métropole et fuit son passé, lui est un enfant du pays à la recherche de la mémoire. Très vite, les indices récoltés sur le bateau les mènent sur la piste des crimes rituels.

maroni les fantomes du fleuve arte
© Arte


Entre le vaudou (et la sorcellerie des films d'horreur en général) et moi, c'est une énorme histoire de frissons. Je me souviens encore des nuits blanches passées devant le roman Rituel de Mo Hayder... Là, ma frayeur était tout de même moindre mais certaines scènes font vraiment leur petit effet, tout comme les croyances dont il est question dans la série : esprits, fantômes ou encore réincarnation. A vous de vous laisser embarquer le long du fleuve Maroni...


Retrouvez-moi sur


Un autre article qui pourrait vous intéresser : Alias Grace sur Netflix, inspiré d'une histoire vraie : mais de quoi ça parle ?